PARASITE : chronique

Bong Joon Ho réorchestre la lutte des classes en huis clos. Un film total, qui confine à la perfection. Palme d’Or, évidemment.   Dans TRANSPERCENEIGE, Bong Joon Ho avait filmé la révolution à l’horizontale, dans une course folle, droit devant vers la justice. Dans un nouvel exercice de mise en scène politique, c’est à la verticalité sociale qu’il s’en prend. La famille de Ki-taek (Song Kang-ho) vit en entresol, dans une drôle de ... [Lire la suite]