Le cinéma algérien rêve d’indépendance financière

Sans réelle industrie nationale, les producteurs doivent trouver des financements à l’étranger, notamment en France et au Qatar. « Papicha » et « Abou Leila », sélectionnés à Cannes, se sont montés grâce à ces aides. ... [Lire la suite]