L’ANGE : chronique

Pas forcément un sommet d’écriture, mais avec L’ANGE, le crime movie trouve une alternative rafraîchissante.   Carlitos Robledo Puch a glacé l’Argentine dans les 70’s, quand il a été arrêté après avoir perpétré 11 meurtres, des vols, des agressions – sexuelles ou pas. Il n’était qu’un ado au visage d’ange, avec un cœur de diable. On s’attendait donc – et légitimement– à un thriller aussi graphique que tendu, morbide, peut-être sordide, où ... [Lire la suite]