“Ils auraient pu faire un carnage” : récit du procès hors norme de la fillière djihadiste de “Cannes-Torcy”

Le procès de la filière Cannes-Torcy va durer 53 jours / Jacques DEMARTHON / AFP“Mais en fait, j’ai pas compris, c’est qui eux ? C’est le jury ?”, demande Salim* en indiquant du menton la rangée de bancs occupée par les journalistes. “Ah d’accord, ils sont où du coup ?“. Nulle part. Car dans ce procès hors norme qui a commencé jeudi 20 avril, il n’y a pas de jury populaire. Affaire de ... [Lire la suite]