Autofiction Au chevet du père qui ne dit mot

Brahim Metiba (42 ans) est né en Algérie. Il vit en France depuis quinze ans. Ses textes s’inscrivent dans ce qu’il est convenu d’appeler l’autofiction. En 2017, il semblait mettre un terme à une trilogie entamée en 2015 avec Ma mère et moi, roman bref – tout comme le présent opus – où, à la faveur d’un rapide retour au pays natal, le narrateur ébauchait un dialogue avec sa génitrice par l’entremise du livre d’Albert Cohen. Il taisait ... [Lire la suite]