Au festival d’Aix-en-Provence, on voyage dans le temps… et on se perd parfois en route

Une claque, une (bonne) surprise, une déception : après le “Requiem” de Mozart et la “Tosca” de Puccini, les festivaliers aixois ont quitté les XVIIIe et XIXe siècles pour se rapprocher de leur époque.  ... [Lire la suite]